Piscine [pas d'eau]

Après une visite remarquée au pays d’Arlequin poli par l’amour et une version de Toâ primée au festival Impatience de l’Odéon Théâtre de l’Europe, la Piccola Familia franchit la Manche et s’empare d’une écriture contemporaine : celle de Mark Ravenhill, dramaturge controversé et émergent de la nouvelle génération anglaise.
Du 18 au 22 janvier 2011
Afficher toutes les infos

Ils partent de leur réalité de compagnie pour en faire du théatre, comme Mark Ravenhill s’inspire, pour tisser la trame de son texte, de la vie de Nan Goldin qui débuta sa carrière au sein du collectif Five of Boston pour la poursuivre en solitaire. Pour autant, il ne s’agit ni d’une pièce sur la photographe, ni de la rétrospective d’une compagnie en panne de sens ! La parole de Mark Ravenhill prolifère et met en abîme la réalité et sa perception, voire sa contamination, par l’art. Piscine [pas d’eau] ou comment une chute précipite l’issue d’une utopie. 

Ils sont là mais ne se connaissent plus. Ils ont fait de l’art ensemble mais n’en font plus ensemble, ni même chacun individuellement. Et ils racontent. Non pas ces retrouvailles mais leur séparation quelques années auparavant, uniquement les faits et les sentiments d’alors. La langue de Mark Ravenhill est âpre, incisive, comme s’il l’asséchait de toute humanité pour n’en laisser qu’un concentré. Et la parole n’est pas distribuée, sans personnages identifiés, ni point de vue personnel.

Cette écriture contemporaine est forte et singulière, elle fait écho aux choix qui ont conduit le metteur en scène Thomas Jolly à partir à la découverte de Marivaux, puis de Sacha Guitry. Piscine [pas d’eau] offre un formidable terrain de jeu à une compagnie
qui déjà s’attache à décomposer la parole, à la faire jaillir sans filtre et sans fard du corps de l’acteur. Seule la singularité de celui qui dit imprime sur la cornée du spectateur son lot de signes. Ainsi se dessine une humanité à la morale dérangeante et là émerge le théâtre de notre époque.

 

Distribution
Production
Liens

De Mark Ravenhill. Par la compagnie La Piccola Familia.Traduction Jean-Marc Lanteri. Mise en scène et scénographie Thomas Jolly. Avec Flora Diguet, Alexandre Dain, Emeline Frémont, Thomas Jolly, Julie Lerat-Gersant. Musiques originales, création son et régie générale Clément Mirguet. Création lumière Séverine Anselmo et Mickaël Berret. Construction décor Les têtes de clous.


 

 

 

 


Production La Piccola Familia. Production déléguée le Trident Scène nationale de Cherbourg-Octeville. Coproduction Scène nationale d’Evreux-Louviers, Le Rayon Vert-Scène conventionnée de Saint Valéry en Caux, Ecole du Théâtre National de Bretagne. Avec le soutien de la Région Haute-Normandie, de la DRAC Haute-Normandie, du Conseil Général de Seine-Maritime et de l’ODIA Normandie / Office de Diffusion et d’Information Artistique de Normandie.

Piscine [pas d'eau]
INFOS
Théâtre
Durée : 1h15
Public : de Mark Ravenhill
environ
Ouverture billetterie : 20/11/2010
Séances
MAR 18 JAN à 20h45
MER 19 JAN à 19h45
JEU 20 JAN à 20h45
VEN 21 JAN à 20h45
SAM 22 JAN à 20h45
SAM 22 JAN à 16h00
TARIFS
Plein tarif 20€
Tarif réduit 11€ (Abonnés 7++, Moins de 26 ans, Demandeurs d'emploi, étudiants de moins de 30 ans, Bénéficiaires de RSA)
moins de 13 ans 7€
Abonné 4++ 14€
Abonné 5++ 9€
Abonné 3++ 6€
Informations sur les réservations S'abonner
billetterie en ligne
PHOTOS (5)
Plan du site | Mentions légales | Contact | Création, hébergement : Net-conception.com