Le Gars

« Ceci est l’histoire d’une jeune humaine qui aima mieux perdre ses proches, soi-même et son âme que son amour. Ceci est l’histoire d’un damné qui fit tout pour sauver de soi celle qu’il devait infailliblement perdre. D’une humaine devenue inhumaine. D’un damné devenu humain. Et finalement, de deux devenus un. D’une qui à travers la mort, l’oubli, la maternité, aima. D’un qui à travers la mort, l’oubli, la maternité de l’aimée, aima. Contre lui-même et son damné amour aima. Et voici enfin la russie, rouge d’un autre rouge que celui de ses drapeaux d’aujourd’hui ». Avant-propos, Marina Tsvetaeva, 1929
Le 5 octobre 2007
Afficher toutes les infos

Marina Tsvetaeva a écrit en 1922 un poème russe inspiré d’un conte d’Afanassiev Le fiancé vampire.

« J’ai lu un conte d’Afanassiev, Le vampire, et je me suis demandée pourquoi Maroussia, qui avait peur du vampire, s’obstinait à nier ce qu’elle avait vu, tout en sachant que le nommer signifiait pour elle le salut ? Pourquoi, au lieu du oui, le non ? Par peur ? Par peur, vous pouvez aussi bien vous terrer dans votre lit ou vous jeter par la fenêtre ; non, pas la peur. Peut-être la peur, mais - quoi encore ? La peur – et quoi ? Maroussia aimait le vampire, et c’est à cause de cet amour qu’elle ne le nommait pas, et c’est pour cela qu’elle perdait, l’un après l’autre, sa mère, son frère, sa vie. La passion et le crime. La passion et la victime. Telle était ma tâche, quand je me mis à écrire Le gars. Découvrir le sens, l’essence du conte, cachée sous la structure. Le désensorceler ».

Sept ans plus tard, exilée en France, elle entreprend la traduction de son poème, et écrit ce texte, Le gars, poésie-conte dialoguée. Elle écrit à Boris Pasternak :

« Je viens de terminer ce long poème, il faut bien nommer la chose d’une manière ou d’une autre, non, pas un poème, une obsession, et ce n’est pas moi qui l’ai terminé, c’est plutôt lui qui m’a terminée, nous nous sommes séparés comme si c’était un déchirement».

Distribution
Production

Lucie Berelowitsch mise en scène
Musique Soundrama Studio. Costumes et décor Natalia Zholobova, Sergey Agafonov. Son Sergeï Volkov. Lumière et régie générale François Fauvel. Collaboration scénographique Julien Peissel. Assistant à la mise en scène Esteban Carvajal Alegria.

Avec Suliane Brahim, Thibault Lacroix, Emmanuelle Lafon, Pierre Niney, Alisa Estrina, Andrey Zavodyuk, Anastasia Sicheva. Sergey Rodyukov, Alexander Gusev, Vladimir Nelinov, Vladimir Pankov, Vladimir Kyudryavtsev.

Production Théâtre des Nations (Moscou), Les 3 Sentiers (France), Le Trident - Scène nationale de Cherbourg-Octeville. Avec le soutien de CulturesFrance, du Centre culturel français à Moscou, du Théâtre les Ateliers (Lyon). Avec l’aide de l’Onda.

Le Gars
INFOS
Théâtre musical
Durée : 1h50
Public : Molodiets
Séances
VEN 5 OCT à
billetterie en ligne
PHOTOS (5)
Plan du site | Espace Pro | Mentions légales | Contact | Création, hébergement : Net-conception.com